La logique du green deal dans l’élaboration des normes pourrait être utilisée dès lors qu’il s’agit non pas de protéger le marché ou de tirer le système vers le bas mais au contraire d’encourager de nouveaux marchés et d’être plus exigeants sur les objectifs. L’exemple des Pays-Bas est à cet égard extrêmement intéressant et pourrait servir de modèle. L’État devient alors un facilitateur d’initiatives innovantes et non plus un apporteur de fonds publics a fortiori un obstacle au développement de l’économie verte. En trois ans 160 greens deals ont été lancés aux Pays-Bas. Le député Lambert cite l’exemple du Dutch Green deal sur la commande publique circulaire. C’est la raison pour laquelle qu’il s’agisse de l’esprit ETV ou du deal dans l’élaboration des normes, il est indispensable de disposer de critères très bien définis qui sont les critères du Nouveau Monde : traçabilité, externalité positive, bien-être, création d’emplois, etc…