De manière générale, la fiscalité n’est pas du tout incitative en faveur des entreprises du Nouveau Monde, y compris lorsqu’elles sont créatrices d’économies externes substantielles pour la comptabilité publique. Or, comme le souligne le député François Michel Lambert (audition Lambert) la comptabilité de valeur n’est pas directement intégrée dans la comptabilité financière habituelle , or, nous avons besoin pour l’économie de la fonctionnalité d’une comptabilité consolidée. Celle-ci permettrait d’apprécier de manière exacte les gains collectifs. En attendant, trois mesures peu coûteuses en termes de moins-value fiscale mais très avantageuses en terme d’économies budgétaires sont proposées
• une fiscalité incitative pour l’écoconception
• une défiscalisation des fonds d’énergie partagée au niveau local comme cela existe dans d’autres pays européens.

Une TVA réduite à 5,5 pour les produits bio et pour les produits issus de l’économie circulaire et une TVA à 10% pour les autres produits bio (textile, cosmétique etc…) Cette proposition s’inspire de la réforme suédoise fiscale qui a réduit les taxes sur le travail pour le remplacer par des taxes matières premières ce qui bien entendu une incitation à s’orienter vers l’économie circulaire