Les marchés aujourd’hui s’intéressent plus à la viabilité financière qu’à la rentabilité financière. Il faut donc sécuriser les investissements pour répondre à la demande et augmenter la rentabilité pour déclencher l’offre. Mais aujourd’hui les outils de finance de marché ont un horizon de rentabilité à très court terme , il est donc nécessaire de disposer d’outils spécifiques.
Des prêts bonifiés comme source de refinancement pour faciliter les financements , les initiatives de livrets d’épargne verts et de prêts bonifiés ont été reprises mais il n’y a pas de dispositif de garantie accompagnant ces produits. Or, le mécanisme de garantie est essentiel au financement d’équipements d’efficacité énergétique diffus. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de disposer d’un fonds de garantie public pour couvrir les risques liés aux investissements et d’efficacité énergétique. Le dispositif devrait se focaliser sur des financements diffus et locaux pour traiter l’essentiel du marché de la rénovation thermique du logement privé individuel et groupé.

Cette garantie permettrait de faciliter l’accès aux énergies renouvelables et de supprimer progressivement le système de la subvention tarifaire. L’État, par son intervention sur le marché des panneaux photovoltaïques (appels d’offres et demandes de garantie financière) a évincé les PME du secteur au profit d’une logique de marché qui est celle des grands groupes. Pour remonter la pente, il faut faciliter l’accès aux projets photovoltaïques à travers une simplification de la réglementation et une garantie de financement.