Le numérique est en train de bouleverser complètement le système énergétique et de rendre le système de production décentralisée incontournable. Dès lors, c’est bien combat d’arrière-garde qui est mené mais qui, en attendant, interdit à une grande filière française du renouvelable de se constituer et cherche à créer des obstacles juridiques et financiers à une décentralisation énergétique que certains cherchent néanmoins à mettre en place.
De toutes façons, le numérique va, quelles que soient les réticences des uns ou des autres, bouleverser profondément les modes de consommation et de production. (Annexe contribution Gilles Babinet)

La consommation

Le numérique est au cœur de l’efficacité énergétique.
Comme le démontre l’étude du Cabinet CAP GEMINI CONSULTING : penser énergies renouvelables c’est d’abord penser « système intelligent de gestion d’énergie » (SIGE), compteur intelligent qui pilote la consommation domestique, industrielle et urbaine associée à une bonne anticipation des besoins, une corrélation efficiente entre consommation et production. Gilles Babinet propose l’exemple du « Green IT pour comprendre le type de système à mettre en place. Il s’agit d’un concept développé par le Cluster Green Lab Center à Nantes qui vise à réduire l’empreinte écologique, économique et sociale des technologies de l’information et de la communication. En fait, il s’agit de réduire les nuisances des équipements informatiques sur toute leur durée de vie fabrication, utilisation, (consommation d’énergie), fin de vie (gestion récupération des déchets, pollution, épuisement des ressources non renouvelables).
Le triptyque DATA CENTER, BIG DATA objets connectés peut être gourmand en énergie et en impact carbone, or, il faut des DATA CENTER de plus en plus grands, de plus en plus sécurisés, de plus en plus performants et donc de plus en plus énergivores.
La question est donc celle du rapport de l’énergie utile sur l’énergie consommée. Mais bien entendu, le sujet ne se limite pas aux Data center. Ce sont tous les consommateurs qui sont concernés par l’accès aux compteurs intelligents , c’est la raison pour laquelle le choix du compteur Linky ne peut qu’être contesté dans la mesure où il n’apporte absolument pas aux consommateurs des informations dont celui-ci peut avoir besoin. Il est fort à parier que dans les années qui viennent d’autres énergéticiens qu’EDF proposeront des compteurs intelligents beaucoup plus performants et favorables aux consommateurs qui remiseront le compteur Linky au rayon des accessoires dépassés.

La production
Pour toutes les énergies renouvelables, le numérique joue bien entendu un rôle majeur. En effet, il permet déjà et le fera de manière croissante, d’utiliser les différentes sources d’énergies renouvelables à bon escient et de façon complémentaire. C’est ce qui permettra la mise en place de smart green efficient et intelligent pour harmoniser les offres et les besoins.
Malheureusement, dans la réalité nous en sommes loin. C’est pourtant une source d’activités et de création de valeur exceptionnelle. C’est la raison pour laquelle les actions doivent être menées pour qu’une industrie française puisse se développer sur le territoire.