Il faut également revoir la question du rapport énergie/agriculture en permettant la production et la consommation d’énergie directement dans les exploitations agricoles. L’agriculture doit être un des piliers du smart green en milieu rural avec notamment l’aide au stockage de l’énergie. Le dispositif de type AGRI CO2 pourrait être développé pour permettre la réduction effective des émissions des gaz à effet de serre en particulier par la méthanisation. France photovoltaïque méthanisation (voir l’audition) est un syndicat producteur d’électricité locale crée en 2014 qui regroupe essentiellement des agriculteurs. Son objectif est de défendre les intérêts des petits producteurs d’énergie photovoltaïque et de méthanisation, et de soutenir le développement des territoires. Ils s’inscrivent donc parfaitement dans la logique du Nouveau Monde. Ils représentent aujourd’hui 170 producteurs. Ils se plaignent de l’absence de vérité des prix dans un marché totalement administré, souvent de la non possibilité de raccorder et, des retards au raccordement dans l’éventualité la plus favorable. L’essentiel est de maintenir la valeur ajoutée in situ ce qui signifie que les entreprises locales doivent pouvoir mettre en place les projets et les entretenir. Ces entreprises doivent donc pouvoir être éligibles au dispositif FIP de financements locaux , Il faudrait un encouragement particulier pour les projets dans lesquels le porteur du projet est l’usager du bâtiment.
S’agissant de la méthanisation, le système se heurte aux difficultés liées à la gestion des déchets et à l’absence totale de coordination territoriale. Ce sont les très gros projets qui sont favorisés au détriment de tous les autres. (Voir l’exemple désastreux de Gardanne financé de surcroît par l’ADEME). Il est donc indispensable de revenir à une politique qui favorise l’initiative local.
L’exemple de la Corse est très intéressant à ce sujet. Le stockage à l’échelle locale fonctionne et la Corse est déjà un niveau d’utilisation de 30 % d’énergies renouvelables ,elle serait à un niveau beaucoup plus élevé si l’absurdité de la loi ne le lui interdisait pas. Le T4 est à 150 € le mégawatt heure , 120 bâtiments sont concernés , La chaleur dégagée permet d’assécher le foin et donc de le stocker et donc de ne plus acheter de tourteaux à l’étranger. De plus, le système permet la modernisation du réseau électrique , les contrats de délégation acceptés par EDF ont donné des résultats satisfaisants permettant une baisse d’un facteur 2,5 du prix de 50 à 20 €.

Cet exemple démontre l’intérêt qu’il y a à avoir une démarche systémique qui couvre à la fois la production d’énergie et sa consommation, la stratégie économique de l’exploitation agricole et la couverture des besoins locaux.
Dans ce contexte un grand plan de modernisation des bâtiments d’élevage autour d’un concept révolutionnaire pourrait être engagé, intégrant une logique d’énergie positive, y compris la capacité de fournir de l’énergie aux machines agricoles, une prise en compte systématique du bien-être animal et la sécurité alimentaire pourrait être engagée.