Il faut s’attaquer au sujet de l’agriculture urbaine et de la permaculture considérée comme anecdotique, de manière croissante, les espaces verts urbains, les terrasses, les balcons, les toitures, les jardins sont utilisés pour produire des fruits et des légumes. Aux États-Unis, dans les grandes villes de la côte est et ouest le mouvement est très avancé. En Europe, la ville de Barcelone s’est donnée comme objectif d’être capable de fournir 50 % de sa nourriture d’ici 2030. Cette nouvelle conception de la ville, qui conduit à la reconquête de friches (à la condition qu’elles aient été entièrement dépolluées) et à de nouveaux rapports entre l’urbain et la nature s’inscrit dans concept de vie durable et plus encore dans celui de relocalisation. Le mouvement est encore très modeste en France. Là aussi, les communes pionnières devraient être mises en avant et récompensée de telle sorte qu’elles puissent servir de modèle