Claude Gruffat, Président de Biocoop et membre du MENE, a participé au débat PPE organisé par le MENE mercredi 30 mai.

Une responsabilité  des consommateurs dans le cadre de l’évolution de l’agriculture biologique

Dans un premier temps, Claude Gruffat a rappelé le rôle et la responsabilité du consommateur dans l’évolution de l’agriculture biologique. Le soutien de l’agriculture biologique est aujourd’hui plus que jamais un acte citoyen que ce soit à l’échelle nationale comme à l’échelle internationale.

L’intérêt d’une telle agriculture, notamment pour ce qui est de la production végétale, est qu’elle permet de consommer bien moins d’énergie qu’une agriculture intensive.

  • Les engrais, fertilisants sont naturels et produits localement.
  • La diversification des cultures et des espèces cultivées permettent également une lutte naturelle contre les insectes et fongicides. L’agriculture biologique applique certains principes de l’agroécologie et de la permaculture, toutes deux basées sur le principe selon lequel les écosystèmes biologiques peuvent s’autoréguler.
  • Ce qui signifie qu’il n’est plus nécessaire ou de manière sensiblement moindres d’avoir recours à l’industrie chimique. Cela signifie également la fin des émissions de dioxyde de carbone dues au transport de containers de fertilisants, de pesticides chimiques à travers toute la France parfois même à travers l’Europe.
  • On ne répétera jamais assez les conséquences qu’ont les mono-cultures sur l’environnement et sur elles-mêmes : les mono-cultures sont plus sensibles aux intempéries et plus vulnérables face aux épidémies de fongiques. De telles pratiques permettent une agriculture bien moins résiliente que celle de l’agriculture biologique.

L’importance de diminuer la consommation de viande

Le Président de Biocoop a ensuite insisté sur l’importance que chacun baisse sa consommation de viande. La production animale (produits laitiers…) et plus spécifiquement la production de viande sont les activités agricoles les plus polluantes et les plus énergivores, de part ce qu’elles impliquent en terme : de consommation d’eau et d’énergie (ressources mobilisées pour la production de l’alimentation animale : principalement céréalières).


 Le Mouvement des Entrepreneurs de la Nouvelle Économie (MENE) porte la conviction que l’économie du Nouveau Monde doit concilier intérêt général et création de valeur économique et financière. Il rassemble, par les fédérations qu’il regroupe, près de 10 000 entreprises françaises, de tous secteurs et de toutes tailles, soucieuses de faire émerger une économie libérée des énergies fossiles et fissiles, connectée, territorialisée, humaine et respectueuse de l’environnement. Le MENE a pour objectif de réunir tous les entrepreneurs convaincus de l’intérêt de la Nouvelle Économie et de sa force de proposition. Il participe aux grands débats nationaux pour initier un vrai changement. C’est pour cette raison que le MENE participe au débat public portant sur la PPE.