Revue de presse – Agriculture #2

Quoi de neuf niveau agriculture et alimentation la semaine dernière ? 

Le MENE répond présent pour vous offrir les meilleures actualités dans cette compilation !


Projet agro-écologique : le bilan quatre ans après

by Actu environnement

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a réuni, le 19 avril, le Comité national d’orientation et de suivi du progrès agro-écologique pour la France. L’occasion de dresser le bilan du plan agro-écologiquepour l’année 2016 et de faire un point sur les travaux du comité. « Différents signaux montrent que le projet prend corps sur le territoire et même au-delà dans les instances internationales », souligne le ministère dans son bilan.

Lire l’article


TRIBUNAL MONSANTO : la firme reconnue coupable d’atteinte aux droits humains et d’écocide

by Le Monde

Six mois après le procès citoyen intenté au géant de l’agrochimie, les juges ont rendu, mardi, leur « avis consultatif » et demandent la reconnaissance de l’écocide dans le droit international.

Lire l’article


Prise en compte de la bio dans la présidentielle

by Synabio et la FNAB

Synabio et la FNAB ont analysé la présence de la filière bio dans la campagne présidentielle française.

Lire l’article


Pour connaître les propositions du MENE à propos de l’agriculture et de l’alimentation,

téléchargez le MENEFESTE

Retour sur la conférence de presse en vidéo

Le 7 mars dernier, avait lieu le lancement officiel du MENEFESTE, 100 propositions pour la présidentielle. Les membres du MENE ont présenté leurs propositions aux représentants des candidat.e.s à la présidentielle.

Fiscalité écologique, transition énergétique, agriculture biologique et plus généralement externalités positives et négatives, autant de sujets débattus pendant cette matinée dans les locaux de Fédérec, membre du MENE, qui nous a accueilli.

Nous vous proposons de revivre ce moment à travers une vidéo :

N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux !

YouTube    I    Twitter    I     LinkedIn    I    Google +

Télecharger le MENEFESTE

 

 

Revue de presse – Agriculture #1

Quoi de neuf niveau agriculture et alimentation la semaine dernière ? 

Le MENE répond présent pour vous offrir les meilleures actualités dans cette compilation !


Deux experts de l’ONU réclament l’abolition de l’agriculture industrielle

by Positivr

Non seulement les pesticides sont dangereux mais, en plus, ils sont inutiles. Telle est la conclusion formelle d’un rapport qui devrait faire grand bruit… puisqu’il a été rédigé par des experts de l’ONU !

Lire l’article


En Allemagne, la demande des consommateurs en produits bio est supérieure à l’offre !

by le petit journal

Le bio connaît en Allemagne un succès très important qui ne cesse de se confirmer, au point que la demande dépasse largement l’offre : un Allemand sur quatre consomme régulièrement des produits issus de l’agriculture biologique alors que seuls 7% des surfaces agricoles allemandes sont consacrées à ce type d’agriculture. Pour cette raison, les produits bio doivent bien souvent être importés.

Lire l’article


Acyvia, l’outil qui évalue les impacts environnementaux de l’agro-alimentaire

by Actu Environnement

Après plus de trois ans de travail, l’Ademe présente un outil facilitant les analyses de cycle de vie dans l’agro-alimentaire. Co-construit avec les acteurs, il pourra être utilisé pour l’affichage environnemental ou des démarches d’éco-conception.

Lire l’article


PRESIDENTIELLE : faire de la France le champion d’Europe de la bio !

by Reporterre

Un changement culturel se produit en faveur de l’alimentation en produits issus de l’agriculture biologique. Il faut des mesures concrètes pour développer celle-ci, demandent les professionnels de la bio et les ONG, qui interpellent les candidats à l’élection présidentielle.

Lire l’article


Pour connaître les propositions du MENE à propos de l’agriculture et de l’alimentation,

téléchargez le MENEFESTE

Revue de presse – Energie #1

Quoi de neuf niveau énergie la semaine dernière ?

Le MENE répond présent pour vous offrir une compilation des meilleures actualités qui concernent l’énergie !


11 Etats européens ont déjà atteint leur objectif 2020 concernant les énergies renouvelables !

by Actu Environnement

Selon Eurostat, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie a atteint 16,7% en 2015 dans l’Union européenne, l’objectif étant fixé à 20% pour 2020. Cependant, de fortes disparités entre les pays persistent.

Lire l’article


Une île artificielle pour alimenter 80 millions d’Européens en énergie éolienne

by We Demain

Deux entreprises européennes ont dévoilé leurs plans pour construire une immense île artificielle en plein Mer du nord, où un parc d’éoliennes pourrait approvisionner en énergie renouvelable 80 millions de personnes.

Lire l’article


Un rapport parlementaire sur le nucléaire qui favorise trop les industriels ? 

by Novethic

Un rapport publié par l’OPECST, office chargé d’informer le Parlement, préconise le stockage géologique profond, la valorisation et le recyclage des déchets radioactifs. Un rapport très favorable aux grands acteurs industriels du secteur. Les ONG qui militent contre l’utilisation de l’atome dénoncent la partialité des deux députés ayant piloté sa rédaction. Explications.

Lire l’article


L’énergie solaire deux fois moins chère que le nucléaire nouvelle génération !

by Positivr

Le nucléaire nouvelle génération n’est même pas encore exploité… qu’il est déjà complètement dépassé ! Une enquête révèle en effet que l’énergie solaire est déjà deux fois moins chère que celle qui sera produite par la centrale EPR.

Lire l’article


Pour connaître les propositions du MENE sur l’énergie,

téléchargez le MENEFESTE !

Déchetcom – Recyclage : Fédérec participe à la dynamique du MENE

Le Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie (Mene), représente à travers ses entreprises adhérentes, les acteurs de la nouvelle économie. Hier, il a officialisé le lancement du Menefeste, avec une centaine de propositions phares à l’attention des représentants des candidats à l’élection présidentielle, développées par ses membres, qui ont témoigné de leur expérience en tant qu’entreprises évoluant dans un contexte économique très réglementé et souvent défavorable à l’essor d’entreprises innovantes et responsables.

A l’approche de l’élection présidentielle, le Mouvement des Entrepréses de la Nouvelle Economie a souhaité interpeller les candidats sur des enjeux environnementaux et sociétaux actuels, qui ne doivent plus être dissociés du monde économique. il a donc consigné dans un livre, le Menefeste, 100 propositions pour faire émerger une économie libérée des énergies fossiles et fissiles, connectée, au service de l’humain et respectueuse de l’environnement.

Le Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie (Mene), co-présidé par Myriam Maestroni, représente à travers ses entreprises adhérentes, telles que BIOCOOP, et de grandes fédérations professionnelles telles que FEDEREC, le CJD ou COSMEBIO, les acteurs de la nouvelle économie. En partant des réseaux existants, le MENE vise à fédérer toutes les entreprises de la Nouvelle Economie.

Hier, mardi 7 mars 2017, le MENE a officialisé le lancement du MENEFESTE lors d’une conférence de presse à Paris. Les propositions phares du MENE pour l’élection présidentielle ont été développées  par ses membres, qui ont témoigné de leur expérience en tant qu’entreprises évoluant dans un contexte économique très réglementé et souvent défavorable à l’essor d’entreprises innovantes et responsables. Les représentants des candidats étaient présents pour défendre la place de l’économie, l’environnement et l’humain dans le projet qu’ils portent.

Le MENEFESTE, disponible en ligne, reprend la charte de valeurs du MENE ainsi que les 100 propositions, pour créer de l’emploi, et allier création de valeur économique et externalités positives. L’énergie, l’agriculture, l’économie circulaire, l’alimentation et le management sont autant d’enjeux pour notre société qui sont développés dans le MENEFESTE, à travers le prisme économique, de la fiscalité, de la simplification réglementaire et plus généralement du rôle de l’Etat.

Le Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie a par exemple développé la volonté de mettre en place une TVA circulaire, modulée en fonction des externalités produites sur l’environnement, l’humain et la société, pour inciter producteurs et consommateurs à agir pour une économie plus responsable. Ont également été proposés la création d’un centre d’expertise du recyclage, un processus de décentralisation énergétique vers les métropoles et l’outre-mer,  et la relocalisation de l’emploi agricole et agroalimentaire.

 

Environnement magazine – Le Mene s’invite à la présidentielle

A l’approche de l’élection présidentielle, le Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie ( Mene ) interpelle les candidats sur les enjeux environnementaux et sociétaux actuels, qui ne doivent plus être dissociés du monde économique. Il vient de publier dans son livre, le Menefeste, 100 propositions « pour faire émerger une économie libérée des énergies fossiles et fissiles, connectée, au service de l’humain et respectueuse de l’environnement ».
Ce mouvement rassemble des entreprises et fédérations aussi diverses que Biocoop, Federec, le CJD ou Cosmébio. Les thèmes de réflexion pour construire leurs propositions s’appuient sur les connaissances et expertises des uns et des autres, en couvrant plusieurs secteurs (énergie, textile, agriculture, technologies de l’information, cosmétique, communication et transport). Par ailleurs, un chapitre est consacré à l’économie circulaire dans lequel l’écoconception joue un rôle incontournable : « Il faut passer d’une écoconception qui prend en compte la durabilité et la gestion de fin de vie des produits à une écoconception qui anticipe la prochaine vie du produit, tout comme, le cas échéant, celle des matières qui le composent. C’est un modèle de type « cradle-to-cradle », c’est-à-dire celui d’une économie circulaire à impact positif, intégrant le processus de fabrication » rapporte le Menefeste.
Les cent propositions sont regroupées dans trois catégories (Etat, acteurs et secteurs), elles-mêmes divisées en sous-parties. Ainsi sur la fiscalité, le Mene propose une TVA circulaire, modulée en fonction des externalités produites sur l’environnement, l’humain et la société ; ou encore une défiscalisation des matières premières issues du recyclage. Une section est exclusivement consacrée à l’industrie dans l’économie circulaire avec neuf propositions associées. Parmi elles, figurent la promotion de la réparation, le développement du recyclage en tant que filière industrielle, ou encore les activités textile, construction et biens d’équipement au cœur des enjeux majeurs.

 

[button link= »http://www.environnement-magazine.fr/article/49169-le-mene-s-invite-a-la-presidentielle/ »]Voir l’article en ligne[/button]

Puissance 2D : 100 propositions pour faire émerger une économie libérée des énergies fossiles et fissiles, par le Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie

A l’approche de l’élection présidentielle, le Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie a souhaité interpeller les candidats sur les enjeux environnementaux et sociétaux actuels, qui ne doivent plus être dissociés du monde économique. Il a donc consigné dans un livre, le MENEFESTE, 100 propositions pour faire émerger une économie libérée des énergies fossiles et fissiles, connectée, au service de l’humain et respectueuse de l’environnement.

Le Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie, co-présidé par Myriam MAESTRONI, représente à travers ses entreprises adhérentes, telles que BIOCOOP, et de grandes fédérations professionnelles comme FEDEREC, le CJD ou COSMEBIO, les acteurs de la nouvelle économie.

En partant des réseaux existants, le MENE vise à fédérer toutes les entreprises de la nouvelle économie.

Ce mardi 7 mars 2017, le MENE a officialisé le lancement du MENEFESTE lors d’une conférence de presse à Paris. Les propositions phares du MENE pour l’élection présidentielle ont été développées par ses membres, qui ont témoigné de leur expérience en tant qu’entreprises évoluant dans un contexte économique très réglementé et souvent défavorable à l’essor d’entreprises innovantes et responsables. Les représentants des candidats étaient présents pour défendre la place de l’économie, l’environnement et l’humain dans le projet qu’ils portent.

Le MENEFESTE, disponible en ligne, reprend la charte de valeurs du MENE ainsi que les 100 propositions, pour créer de l’emploi, et allier création de valeur économique et externalités positives.

L’énergie, l’agriculture, l’économie circulaire, l’alimentation et le management sont autant d’enjeux pour notre société qui sont développés dans le MENEFESTE
, à travers le prisme économique, de la fiscalité, de la simplification réglementaire et plus généralement du rôle de l’Etat.
Le MENE a par exemple développé la volonté de mettre en place une TVA circulaire, modulée en fonction des externalités produites sur l’environnement, l’humain et la société, pour inciter producteurs et consommateurs à agir pour une économie plus responsable.
Ont également été proposés la création d’un centre d’expertise du recyclage, un processus de décentralisation énergétique vers les métropoles et l’outre-mer, et la relocalisation de l’emploi agricole et agroalimentaire.

 

[button link= »http://www.puissance2d.fr/Enbref-100-propositions-pour-faire-emerger-une-economie-liberee-des-energies-fossiles-et-fissiles-par-le-mo,7281″ color= »blue »]Voir l’article en ligne[/button]

ACTU ENVIRONNEMENT – Présidentielle : les candidats sont-ils prêts pour la nouvelle économie ?

Les candidats à l’élection présidentielle sont interpellés par les entreprises de la nouvelle économie. Dans leur manifeste, elles mettent sur la table des propositions qui questionnent les programmes et les candidats invités à en débattre.

Les candidats à l’élection présidentielle sont-ils en phase avec la nouvelle économie qui se dessine ? C’est ce qu’a voulu savoir le Mouvement des entreprises de la nouvelle économie, le Mene, en les invitant à en débattre. Créé en 2015, ce mouvement défend une nouvelle conception de l’économie. Une économie libérée du recours systématique aux énergies fissiles et fossiles, connectée, territorialisée, dynamique et qui œuvre pour le bien-être commun.

Mettre en place de nouveaux indicateurs de croissance

Dans leur « Menefeste » présentée mardi 7 mars, ces entreprises interpellent les candidats à l’élection présidentielle et mettent sur la table une centaine de mesures « favorables à la nouvelle économie ». En premier lieu, il est urgent de se baser sur de nouvelles valeurs pour mesurer la croissance et prendre des décisions. L’intégration des externalités environnementales et sociétales, positives ou négatives, permettra enfin aux acteurs de juger et décider avec toutes les cartes en main. Un changement d’indicateurs s’impose donc, dans le droit fil des travaux de la commission Stiglitz de 2009. Fini le PIB, place à un panel d’indicateurs de performance économique, sociale et environnementale. Pour François de Rugy, député EELV de Loire-Atlantique et représentant d’Emmanuel Macron (En marche), « cette notion d’indicateur est essentielle pour évaluer ce qui est fait et distinguer le greenwashing de la véritable transformation. Surtout que les consommateurs aussi veulent y voir plus clair« . De son côté, le candidat de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan y voit un moyen d’évaluer l’action des collectivités en la matière et de « conditionner le versement d’un tiers de la dotation de l’Etat selon des critères de développement durable », explique Alexis Villepelet, son représentant.

Le Mene propose d’appliquer ces nouveaux indicateurs à la comptabilité des marchés publics en intégrant la notion de coût complet. Un décret récent permet désormais d’intégrer des critères sociaux et environnementaux dans les appels d’offres publics. Mais les marges de manœuvre sont encore trop limitées au yeux de Mickaël Sala, représentant de Marine Le Pen (FN) : « Il est interdit de privilégier les produits ou entreprises Made in France dans les marchés selon les règles imposées par l’Europe. Il est temps de tirer les conséquences de l’expérience ratée de la mondialisation forcée« . Le partisan du « patriotisme économique » voit dans la prise en compte des externalités sociales et environnementales une occasion de privilégier les produits fabriqués en France et taxer les importations pour éviter la destruction d’emploi, « la plus importante des externalités négatives » à ses yeux.

Une fiscalité incitative

La prise en compte des externalités négatives et positives devra également, selon le Mene, être au cœur des politiques fiscales. Le mouvement propose la mise en place d’une TVA circulaire, modulée en fonction des externalités produites. Cette TVA pourrait prendre la forme, dans un premier temps, d’un taux réduit pour les produits bio ou provenant de l’économie circulaire. Une mesure prévue dans le programme de Nicolas Dupont-Aignan.

A l’heure actuelle, seules les émissions de carbone ont été intégrées dans la fiscalité. Même si pour l’instant, l’impact est modeste sur le prix des énergies, pour le Mene, il est nécessaire de poursuivre dans cette voie. Pour François de Rugy également, la France doit continuer « à assumer sa taxe carbone » et défendre une taxe similaire à l’échelle européenne. « La France a gagné en leadership au niveau mondial sur ce sujet« , estime le représentant d’Emmanuel Macron.

Des réglementations axées sur les résultats et non pas les moyens

Les entreprises du Mene espèrent également une simplification des normes, des réglementations et des relations administration-entreprise apaisées. « Dans la cosmétique biologique, nous sommes confrontés à des aberrations normatives et des situations ubuesques du fait d’une interprétation complexe et rigide des textes« , témoigne Romain Ruth. Le président de Cosmebio déplore une administration « qui n’est pas au service des entreprises mais qui met des bâtons dans les roues« . Un point de vue sur lequel rebondit François de Rugy (En marche) pour promettre une évolution de l’état d’esprit de l’administration : « Il faut une administration qui pratique autant le conseil que le contrôle« .

Pour Antoine Monfils, représentant de Charlotte Marchandise, candidate LaPrimaire.org, l’Etat doit déléguer plus de responsabilités aux territoires : « Il faut transférer plus de compétences aux régions pour décider elles-mêmes des bonnes pratiques et des normes. Il faut que Bruxelles arrête de se mêler de ce qui ne la regarde pas« . « Attention il ne faut pas se séparer des normes, rétorque François De Rugy. Les organismes de contrôle doivent avant tout changer de référentiel », estime le député.

 

Florence Roussel, journaliste

Rédactrice en chef

Actu Environnement

 

[button link= »https://www.actu-environnement.com/ae/news/presidentielle-nouvelle-economie-menefeste-2017-28593.php4″]Voir l’article en ligne[/button]

Où en sont les entreprises françaises au niveau du Green IT ?

Saviez-vous que 2 entreprises sur 10 ont intégré le Green IT dans leur stratégie d’entreprise ? Que seulement 47% d’entre elles gèrent la fin de vie de leurs équipements informatiques ?

Ce sont les conclusions du premier baromètre indépendant sur le green IT et les entreprises en France, fait par l’Alliance Green IT, membre du MENE, en 2015. A travers 8 thématiques et 29 indicateurs Green IT, l’AGIT dresse un état des lieux du Green IT dans les entreprises françaises.

Les stratégies Green IT initiées dans les entreprises françaises s’articulent autour de 8 grandes thématiques : les infrastructures informatiques, les datacenters, l’impression, la fin de vie, les achats, la gouvernance, les postes de travail et les applications. Voici quelques conclusions du baromètre 2015 :

  • 2 entreprises sur 3 se sont investies dans la gestion responsable de leur infrastructures informatiques, de leur système d’impression ou de la fin de vie de leur équipements. Les infrastructures informatiques sont soumises à des contraintes d’exploitation croissantes qui justifient une prise de conscience dans le cadre des renouvellements de matériels. L’impression constitue de longue date un point de vigilance pour les entreprises tant du fait des coûts importants associés mais aussi par son caractère naturellement peu vertueux (consommation de papier et de toner). Enfin, la gestion des déchets, du fait d’une réglementation européenne dynamique, a permis la mise en place de filières incitatives comportant des actions de tri et de recyclage au sein des entreprises.
  • La consommation énergétique des salles informatiques dans les datacenters est une problématique importante pour une grande partie des responsables informatiques. Cependant, bien que l’efficience énergétique constitue un axe d’amélioration significatif, encore trop peu d’exploitants de datacenters disposent des outils de mesure adéquats.
  • Côté achats, les entreprises privilégient l’intégration de critères d’écoconditionnalité dans leurs appels d’offres (31%). Le recours à des prestataires du secteur de l’insertion et entreprises adaptées reste plus marginal (11%).
  • Le Green IT n’a pas encore conquis la gouvernance d’entreprise. Moins d’un quart des entreprises ont intégré le Green IT au sein de leur stratégie.
  • La durée de vie moyenne des terminaux a augmenté de 170% au cours de la dernière décennie.
  • On observe un moindre intérêt des entreprises pour les applications éco-conçues. Seules 1 sur 10 d’entre elles sont investies dans une démarche d’écoconception logicielle.

En soutien avec l’ADEME, le ministère de l’Écologie de l’Énergie et de la Mer et le ministère de l’Économie et des Finances, l’AGIT (membre du MENE) et les éco-organismes de la filière de recyclage des Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques (DEEE) organisent l’édition 2017 de l’enquête pour évaluer les gisements d’équipements informatiques et bureautiques présents dans les entreprises et plus généralement sur la maturité des entreprises en France en matière d’usage de services numériques écoresponsables.

La baromètre 2017, soutenu par l’ADEME est d’ailleurs en cours, alors si vous souhaitez y  participer en tant qu’entreprise, le questionnaire est par ici et dure environ 15 minutes :

[button link= »http://barometre.alliancegreenit.org/ » color= »blue »]Participer au baromètre sur le Green IT[/button]

Top départ pour le MENEFESTE, 100 propositions pour la présidentielle !

A l’approche de l’élection présidentielle, le Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie a souhaité interpeller les candidats sur les enjeux environnementaux et sociétaux actuels, qui ne doivent plus être dissociés du monde économique. Il a donc consigné dans un livre, le MENEFESTE, 100 propositions pour faire émerger une nouvelle économie, libérée des énergies fossiles et fissiles, connectée, au service de l’humain et respectueuse de l’environnement.

Le mardi 7 mars 2017, le MENE a officialisé le lancement du MENEFESTE lors d’une conférence de presse à Paris. Les propositions phares du MENE pour l’élection présidentielle ont été développées  par ses membres, qui ont témoigné de leur expérience en tant qu’entreprises évoluant dans un contexte économique très réglementé et souvent défavorable à l’essor d’entreprises innovantes et responsables. Les représentants des candidats étaient présents pour défendre la place de l’économie, l’environnement et l’humain dans le projet qu’ils portent.

Le MENEFESTE reprend la charte de valeurs du MENE ainsi que les 100 propositions, pour créer de l’emploi, et allier création de valeur économique et externalités positives.

L’énergie, l’agriculture, l’économie circulaire, l’alimentation et le management sont autant d’enjeux pour notre société qui sont développés dans le MENEFESTE, à travers le prisme économique, de la fiscalité, de la simplification réglementaire et plus généralement du rôle de l’Etat.

Le MENE a par exemple développé la volonté de mettre en place une TVA circulaire, modulée en fonction des externalités produites sur l’environnement, l’humain et la société, pour inciter producteurs et consommateurs à agir pour une économie plus responsable. Ont également été proposés la création d’un centre d’expertise du recyclage, un processus de décentralisation énergétique vers les métropoles et l’outre-mer,  et la relocalisation de l’emploi agricole et agroalimentaire.

Plus de détails sur les mesures détaillées par le MENE pour faire émerger la nouvelle économie sont disponibles dans le MENEFESTE.

[button link= »http://lemene.org/menefeste/ » color= »blue »]Téléchargez le MENEFESTE ![/button]

P1030951