66 – Impliquer le CSA : pour plus d’espace donné à la nouvelle économie et le contrôle des conflits d’intérêt

Le CSA a un rôle à jouer en guidant les grands médias vers ces thématiques. Un département spécifique pourrait y être consacré.
Nous proposons également au niveau du CSA – au même titre que la diversité et la parité-, que le suivi soit organisé sur les émissions qui traitent d’économies de telle sorte que progressivement une part soit donnée à l’économie du Nouveau Monde.

Enfin, nous proposons que la CSA puisse contrôler que les conflits d’intérêts des invités des émissions de débat soient bien indiqués.

Le CSA devrait aussi pouvoir contrôler les budgets annonceurs dans les périodes ou le législateur influe sur le secteur concerné.

64 – Sensibiliser patrons de presse et rédacteurs

Des grands patrons porteurs de ces idées seraient aussi emblématiques pour les médias. Il est également très important que les rédacteurs en chef notamment responsables des questions économiques puissent prendre conscience de l’importance du sujet avec des critères économiques classiques.

Il reviendra aux outils qui sont proposés, que ce soit le MENE(4.3) ou l’institut la transition (4.4) de créer des passerelles avec le monde journalistique en commençant par les associations de journalistes spécialisés que ce soit dans le domaine environnemental ou dans le domaine économique.

63 – Assurer une formation spécifique des journalistes politiques et économiques

Assurer une formation spécifique des journalistes du monde politique et économique Pourquoi ne pas faire des formations spécifiques pour mieux comprendre la transition et ce qu’elle peut apporter en termes de bien-être et d’emplois?
Nous proposons des iconoclastes du Nouveau Monde dans les médias pour poser d’autres questions et interpeller.
Les journalistes ont un rôle extrêmement important à jouer pour la transition , la séparation des spécialités journalistes économiques, journalistes environnementaux, journalistes politiques, fait que les sujets transverses sont très souvent mal connus et a fortiori très mal traités.
Si les politiques s’emparent du sujet et valorisent des entreprises du secteur, la thématique prendra aussi de l’ampleur.