?

La nouvelle économie

L’économie de l’ancien monde a perdu son objectif principal d’accompagner le bien-être dans la société. Avec l’économie du nouveau monde, il s’agit de redonner du sens à l’économie, d’en retrouver le sens premier.

Cette économie vise à la fois à améliorer le bien-être de l’ensemble des individus et à préserver la qualité des écosystèmes. Elle prend en compte les externalités sociales et environnementales et veille à la conservation des actifs naturels et humains. C’est une condition fondamentale de la transition écologique.

Libérée des énergies fossiles

Libérée des énergies fissiles

Respectueuse de l'environnement


Humaine

Connectée

Territorialisée

La nouvelle économie doit être

La transition énergétique aujourd’hui à l’oeuvre repose sur un paradigme éco-énergétique radicalement nouveau. Le monde de l’énergie a connu ces dix dernières années de profondes transformations, notamment dues à la conscience de l’urgence climatique, et à l’accroissement généralisé de la réglementation environnementale.

Ce nouveau paradigme, porteur de promesses, doit être envisagé comme un levier d’innovation et de croissance durable.

La préservation de l’environnement et des écosystèmes naturels est la condition à la survie de l’Humanité. L’Homme, responsable du réchauffement climatique et de l’érosion de la biodiversité, doit désormais prendre en compte ses impacts sur l’environnement dans ses activités notamment marchandes.

Les progrès de la science et de la technologie permettent d’imaginer de nouveaux modes d’organisation et de nouvelles solutions à des enjeux globaux, qui auraient été impensables il y a plusieurs dizaines d’années. Les avancées du numérique doivent être mises au service de la protection de l’environnement et de l’amélioration du bien-être humain.

Pendant de nombreuses années, l’essence même de l’économie s’est quelque peu perdue dans la frénésie liée à l’hyperproductivité et à la mondialisation. L’économie, l’art de bien gérer une maison, est un outil au service du bien-êtrehumain. A travers ses membres, le MENE montre que de nouvelles organisations des entreprises émergent et permettent  l’entreprise de plus prendre en compte le bien-être de ses salarié.e.s ainsi que les externalités provoquées sur la société et ses autres parties prenantes.

Les politiques publiques doivent favoriser les circuits courts et les échanges économiques au niveau local. Il s’agit de mieux utiliser les ressourcesdisponibles et être plus en cohérence avec les besoins de territoires, dans un souci environnemental de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Il nous faut maintenant unir nos forces
pour peser réellement sur la Société,
et permettre le changement d’échelle
que nous appelons de nos vœux.