95 – Instaurer une économie de la réparation et de la renaturation

Les micropolluants et les perturbateurs endocriniens représentent une menace à court terme pour la santé humaine et la biodiversité. L’approche actuelle de contrôle de ces polluants est basée sur une liste non exhaustive de substances, et n’intègre pas les effets cocktails pourtant les plus préjudiciables. Ceci tout en rappelant que la meilleure technologie est celle de la prévention et la suppression de l’usage des produits chimiques plus ou moins toxiques pour les remplacer par la chimie du végétal. Les reconnaître et viser à les supprimer ou au moins à en réduire considérablement l’utilisation est un secteur d’activité qui ne demande qu’à se développer. Les industriels peuvent éradiquer cette pollution avec les technologies actuelles de traitement de l’eau (boues et charbons actifs, ozonation…) et requièrent donc des instruments de pilotage pour mieux maitriser les coûts de leurs procédés. C’est ce que propose WatchFrog, startup française ayant franchi avec succès les étapes de la recherche, et du financement, qui commercialise des tests uniques au monde quantifiant l’effet de perturbateurs endocriniens présents dans l’eau. (Annexe audition WatchFrog).
Le procédé utilisé, issu du CNRS et du Muséum National d’Histoire Naturelle, utilise des larves d’amphibiens ou de poissons qui s’allument en fluorescence proportionnellement à l’effet de l’ensemble des polluants qui se trouvent dans l’eau, mesurant ainsi un effet cocktail jusqu’alors n évalué.
Une jeune société telle que Watch Frog peut donc apporter une solution de rupture à un phénomène mondial en gagnant en visibilité auprès de l’administration et des collectivités territoriales. Avec un support des pouvoirs publics sur le territoire français, la solution de Watch Frog peut participer à la transition économique française, et à la promotion d’une technologie française exportable et génératrice de croissance et d’emplois qualifiés.
Watch Frog est un parfait exemple des acteurs du Nouveau Monde que la France peut et doit soutenir pour un développement durable.