96 – Faire du textile, du secteur de la construction et des biens d’équipements des acteurs majeurs de l’économie circulaire

Aujourd’hui, on estime à 600 000 tonnes de produits textiles, soit environ 2,4 milliards de pièces, mises chaque année sur le marché français.
Or, l’empreinte écologique des articles textiles n’est pas neutre pour la planète: chaque étape de leur cycle de vie (culture des fibres, ennoblissement, confection, distribution, transport, entretien et fin de vie) soulève des enjeux, sanitaires, sociaux et également environnementaux auxquels nous nous devons de répondre.

Pour cela, il est essentiel que l’industrie des textiles et de la mode puisse effectuer une transition vers une économie plus circulaire, afin de concevoir ces produits de façon différente. Cela signifie concrètement, que dès l’étape de leur conception, la possibilité de leur donner une deuxième vie doit être prise en compte.

Parallèlement, il est fondamental d’amener les citoyens-consommateurs à changer de regard sur ces produits, en les amenant à leur donner cette deuxième vie, de façon systématique (réutilisation et recyclage).

Or, la transition de cette filière vers une économie plus circulaire représente une véritable opportunité de développement économique pour la France du nouveau monde, grâce à l’innovation et au développement de l’activité liée au recyclage de ces produits.

En effet, si l’industrie du textile a malheureusement largement quitté le territoire, certaines entreprises encore présentes, sont extrêmement innovantes. Elles mettent en place des projets et disposent de savoir-faire qui constituent de réels atouts dans le cadre de la transition de la France vers le Nouveau Monde.