e5t | Accélérer la Transition énérgétique : l’affaire de tous

ÉDITORIAL DE LA SIXIÈME ÉDITION
Accélérer la Transition énérgétique : l’a aire de tous
Pourquoi ce thème ?
Sans doute parce qu’au  l des 5 dernières années nous avons tous pu mesurer combien le
« dérèglement climatique » s’était accéléré se transformant désormais en véritable urgence.
Aux analyses scientifiques d’un petit groupe d’experts intergouvernementaux de haut vol
-GIEC- est venu se superposer une série d’épisodes extrêmes et de plus en plus fréquents
: ouragans, inondations, sécheresses, incendies, feux de forêts, pour ne citer que quelques-
unes des manifestations qui n’épargnent plus aucune zone de la planète, de l’Europe à l’Asie,
de l’Amérique à l’Afrique, sans oublier bien sur les pôles, dont la fonte des glaces vient encore
surenchérir, en exponentiel, sur un bilan déjà lourd.
Malheureusement, le doute n’est plus permis. Le monde est confronté à la dure épreuve du
réchauffement climatique. Après 2015 et 2016, l’année 2017 (sous l’effet du Niño) marque
un nouveau record en devenant la plus chaude que la Terre n’ait jamais enregistrée. Déjà,
d’ailleurs dès Janvier 2018 les tempêtes Carmen et Éleanor occasionnaient près de 200
millions d’euros de dégâts dans notre pays. Trente ans après la création du GIEC (en 1988), en
novembre dernier 15.000 scientifiques de 184 pays s’unissaient pour lancer, un avertissement
sous forme de déclaration publiée le 6 novembre 2017.
Il faut donc accélérer la transition énergétique c’est-à-dire réduire et éliminer les émissions
de CO2 et de gaz à e et de serre, en sortant des énergies fossiles, en accélérant l’essor
des énergies renouvelables et technologies associées (stockage...) et en réduisant nos
consommations. Tous les secteurs sont concernés. Pour cela, nous devons mobiliser toute nos
intelligences au service d’une grande question : Comment dans ces conditions, couvrir nos
besoins énergétiques croissants ? Une question qui en entraîne bien d’autres auxquelles nous
devons rechercher des réponses concrètes, claires et surtout pouvant être mises en œuvre au
plus vite.
Cette année c’est autour de cette simple question : Transition énergétique : l’a aire de tous
? que nous avons choisi de nous mobiliser, car il est plus important que jamais de pouvoir
juger combien, chacun a son rôle à jouer pour préserver notre planète. Le rôle des États
est fondamental (réglementations, mesures incitatives, aides financières) mais ce sont les
territoires (régions, collectivités, villes) qui mettent en place la démarche d’amélioration
continue de la politique énergétique. Les entreprises, quels que soient leurs secteurs d’activité
doivent favoriser l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Les universités, écoles,
laboratoires et centres de recherches préparent et élaborent les nouvelles technologies
pour accélérer la transition énergétique. Les associations de consommateurs, les ONG et,
en n, les citoyens devenus consomm’acteurs-producteurs d’énergie se positionnent comme
de véritables relais d’informations, d’actions, et autant d’unités de défense des intérêts de
l’humanité.
Tout compte : nos choix, nos comportements, notre engagement... et c’est sans doute la
somme de toutes ces petites lumières déjà présentes ou à venir qui fabrique cet espoir d’un
monde post-carbone au bout du tunnel. C’est fort de ces convictions que l’ensemble des
membres d’E5t, plus engagés que jamais aux côtés de soutiens de plus en plus nombreux, et
que je remercie, que nous vous donnons rendez-vous aux événements que nous organisons
tout au long de cette année 2018 où nous aurons à cœur de démontrer que la transition
énergétique est vraiment l’a aire de tous, partout dans le monde.