TRIBUNE – Le MENE met en garde contre Mme Le Pen et sa vision de l’environnement la société et l’économie

LA NOUVELLE ECONOMIE TIRE LA SONNETTE D’ALARME

Le Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie  publié dans le Huffington Post une tribune exposant le point de vue de certains chefs d’entreprise de la nouvelle économie, concernant le second tour de l’élection présidentielle.

Voir la tribune.

Nous, chefs d’entreprise engagés au sein du Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie, tirons la sonnette d’alarme et appelons à l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, ce dimanche 7 mai 2017.

Responsables d’entreprises appartenant à des secteurs très divers de l’économie française – l’énergie, le textile, le traitement des déchets, l’électronique, la chimie, la cosmétique, l’agriculture, l’alimentation et bien d’autres – nous développons une économie pleine d’espoir et d’enthousiasme, qui a opté pour un modèle territorialisé, connecté, au service de l’humain et libéré du recours systématique aux énergies fossiles et fissiles. Ce modèle, actuellement en plein essor en France, est créateur d’emplois, de nouvelles activités et est attractif pour les jeunes. Il est incompatible avec la vision que développe Madame Le Pen. Nous ne concevons pas nos activités dans un pays refermé sur lui-même, en dehors de l’Europe et qui se ferme donc de facto à une politique active d’exportation. Le coût des matières premières nécessaires à nos activités ne pourrait qu’être considérablement renchéri en raison de la dépréciation du franc par rapport à l’euro. Le patriotisme économique poussé à l’excès a évidemment des effets pervers et servira de repoussoir à tous ceux qui voudraient investir sur notre territoire.

Nous croyons à la transition écologique et énergétique dans laquelle nous sommes tous engagés. La volonté de Marine Le Pen de détruire la filière éolienne et de favoriser à tout prix la filière nucléaire – y compris par le développement de l’hydrogène comme unique filière de stockage – rend évidemment impossible la progression des énergies renouvelables et condamne notre pays à un immobilisme énergétique alors que le reste du monde s’engage massivement dans les filières renouvelables. Sa vision traditionaliste et sectorielle de l’économie l’éloigne de toutes les nouvelles formes que sont l’économie circulaire, le bio mimétisme, l’éco conception etc. Avec Marine Le Pen la France est assurée de conforter le retard déjà considérable qu’elle a accumulé.

Humanistes, nous croyons au progrès social, au développement du bien-être des individus et à la nécessité de prendre en compte la santé environnementale dans un monde de plus en plus urbanisé. Nous le faisons déjà dans nos entreprises à travers la filière « bio » – que le programme de Madame Le Pen ignore totalement – dans le recours à des produits sains qui évitent autant que faire se peut les perturbateurs endocriniens et autres produits toxiques. Madame Le Pen ignore les dégâts du diesel, des pesticides et des perturbateurs endocriniens, alors que les pollutions sont devenues les premières causes de maladies civilisationnelles.

Nous pensons qu’une économie moderne ne peut se faire qu’en coopération entre les consommateurs et producteurs. Nous sommes favorables à la transparence et à une information libre, indépendante et vérifiable. Nous pouvons concevoir un système dans lequel un ordre des journalistes viendrait faire la part de ce qui peut être communiqué et de ce qui ne peut pas l’être, des journalistes accrédités et de ceux qui ne le sont pas. Seuls des journalistes libres, travaillant en toute sécurité, sont en mesure d’exercer leur métier et d’informer le public de manière objective.

Progressistes et porteurs d’espoir, nous refusons que notre pays perde son attractivité, se détache du monde et entre en régression. Nous avons tout, en France, pour réussir au XXIe siècle à la condition de rester fidèles à nous-même et d’accepter pleinement la modernité.

 

Co-signataires de la tribune :

  • Eric Boël, président directeur général des Tissages de Charlieu
  • Jean-Philippe Carpentier, président de Fédérec
  • Sébastin Couasnet, directeur général d’Eléphant Vert
  • Nathalie Croisé, journaliste indépendante, spécialiste économie post-carbone
  • Romain Ferrari, Directeur Général de Serge Ferrari S.A.
  • Jacques Huybrechts, fondateur d’Entrepreneurs d’avenir
  • François-Michel Lambert président de l’Institut de l’économie circulaire
  • Arnaud Lobez, Président Fondateur de Biom work SAS
  • Myriam Maestroni, co-présidente du MENE et présidente d’Economie d’Energie
  • Iwan Petitjean, œnologue
  • Pascal Picq, paléoanthropologue
  • Jean Rapenne, président de La Compagnie Energies et Territoires
  • Romuald Ribault, entrepreneur inspiré par le nouveau monde
  • Romain Ruth, directeur général de Florame
  • Daniel Zimmer

Commenter

*Informations requises Merci de donner les informations requises

*

*